Le Cameroun à la veille d’une révolution dans les subventions agricoles

Le Cameroun à la veille d’une révolution dans les subventions agricoles

Depuis l’autorisation donnée par le président de la République le 21 décembre 2020, la tension est perceptible au Fonds de développement des filières cacao du Cameroun. Avec le « Guichet Producteurs », l’Etat du Cameroun prépare une révolution dans les subventions en finançant directement les producteurs.

Le Guichet Producteurs est le résultat du constat froid d’un échec cuisant. En quatorze ans, l’Etat du Cameroun a dépensé 39 milliards de Fcfa sans que les résultats ne soient en corrélation vertueuse avec l’état du verger, les volumes et la qualité des produits commercialisés ou le niveau de vie des producteurs.

Plusieurs semaines de négociations

Avec le Guichet Producteur, chaque producteur de cacao et café finance l’acquisition de ses intrants : des engrais aux produits phytosanitaires en passant par le petit équipement. Dans ce dispositif, le cacaoculteur ou caféiculteur bénéficie d’une subvention payée par le Fonds de développement des filières cacao et café (FODECC), de manière directe, auprès de son fournisseur d’intrants situé, comme cela est souhaité, à proximité de son installation. Pour y parvenir, Samuel Donatien Nengue, l’Administrateur du Fonds, s’apprête à contractualiser avec des agro-dealers, banquiers, établissements de microfinance, compagnies de téléphonie mobile, partenaires stratégiques opérationnels et bailleurs de fonds, après plusieurs semaines de négociations.

 

Samuel Donatien Nengue, administrateur du FODECC : « Les subventions sont appelées à croitre de manière exponentielle pour atteindre 50 milliards dans cinq ans ».

 


Des subvention
s de masse et à la carte

Deux types de subventions seront proposées dans le cadre du Guichet Producteurs. D’après l’Administrateur du FODECC, il s’agit des subventions de masse pour la première catégorie. Elles concernent tous les producteurs de cacao et de café sans discrimination, en référence à ceux qui exploitent une superficie allant de 200 mètres carrés à 10 hectares. La deuxième catégorie, quant à elle, concerne des subventions à la carte. Elles font appel à une autre forme d’organisation et à des contraintes plus importantes. Par ce double mécanisme, l’Etat du Cameroun va directement apporter des appuis aux producteurs pour améliorer leurs rendements ainsi que leur qualité de vie.

Atteindre 50 milliards de Fcfa en cinq ans

Pour la première année (2021) les enveloppements budgétaires s’élèvent à 6.2 milliards de FCFA. Mais Samuel Donatien Nengue rassure : « Elles sont appelées à croitre de manière exponentielle pour atteindre 50 milliards dans cinq ans, après la période de rodage ». Etendue à huit des dix régions que compte le Cameroun, cette activité concerne environ 600.000 (six cent mille) producteurs pour plus d’un million d’hectares de verger. Il est entendu que ces chiffres seront mis à jour au fur et à mesure que l’auto-identification des producteurs avancera sur le terrain, rassure-t-on au 3ème étage du FODECC où s’affaire l’état-major de l’établissement en vue du lancement officiel le 5 mai 2021…

Lire la suite sur La Tribune Afrique

Laisser un commentaire